Je est un autre.

 

IMG_0959

L’inconscient n’est-il qu’un mythe? La négation réduit le phénomène d’inconscient. On a donc plusieurs possibilités. L’inconscient reste l’accomplissement incertain de Freud qui a su nous charmer avec son originale vision optimiste. En suivant Michel Foucault , on assimile l’inconscient au domaine onirique.Cette touche de rêverie dans cet inconscient nous amène à nous projeter en nous-mêmes, ne sommes nous pas libres d’avoir une opinion face au sujet.

Dans l’interprétation des rêves, Freud montre en quoi chaque rêve signifie un mal être, un désir, une crainte, un refoulement. Par exemple dans le cas d’une dépression, le patient de la psychanalyse voudrait un retour aux sources, sur soi, «  redevenir comme avant quand j’étais heureux ». cependant en allant voir un psychanalyste, ne nous-aliénons pas de notre propre identité ? L’interprétation des rêves par Freud ne rend t-elle pas l’homme dépendant de significations rationnelles ? Et ainsi ne plus être libre, ce qui est la condition même de l’homme. Freud va peut-être trop loin en voulant montrer l’inconscient par la symbolique du rêve.

Le rêve nous appartient car c’est nous qui le construisons. Avant de dormir nous commandons nos rêves, à ce moment-là nous sommes conscients mais lorsque nous dormons c’est à l’inconscient d’effectuer son travail. Avec Michel Foucault, le rêve est inconscient comme chez Freud sauf que Foucault relie le rêve à l’imaginaire alors que pour Freud il s’agit d’un travail réfléchi sur la conception d’un rêve. Il prend parti pris dans le domaine onirique ; l’inconscient amène au rêve, le rêve amène à l’imaginaire. La différence entre la thèse de Foucault et celle de Freud et Descartes, c’est que l’inconscient est l’être corporel qu’il nous laisse à penser, c’est comme si sa seule méthode de nous convaincre de l’inconscient était la poésie qu’il exerce. Certains surréalistes comme Aragon, Devos ou Breton écriront de très beaux ouvrages grâce à leur inconscient poétique. C’est sûrement la thèse qui représente le mieux ma façon de comprendre, de voir l’inconscient.  L’inconscient n’est pas un mythe même s’il a la dimension magique qu’aurait un mythe, il est autre, quelque chose de plus profond que la conscience.

Platon dans La République ( 4e s. avant Jésus-Chhrist) qui s’appelle « l’homme tyrannique. L’inconscient est quelque part dans notre esprit, cette partie que nous ne contrôlons pas. Parfois on peut faire des rêves où l’on tue quelqu’un. Le lendemain on se réveille et on raconte ce rêve. Ce rêve qui pour nous ne se réalisera jamais. Cependant Platon explique que l’inconscient de nos rêves même s’il n’est pas conscient peut s’avérer être une prophétie, une prémonition ou encore un acte pulsionnel qui un jour prendra forme. Dans «  l’homme tyrannique », l’homme en question rêve qu’il tue, le lendemain il fera ce mort. Ces pulsions sont donc des désirs et pour certains comme les dictateurs ces pulsions se transforment en acte réel.

Donc l’inconscient est la ça, le moi et le surmoi de Freud que s’il ne passe pas à l’acte. Peut-être la façon de guérir l’homme tyrannique serait de le mettre sous hypnose pour savoir ce qu’il advient du lendemain.

L’inconscient n’est-il qu’un mythe ? C’est une question vaste de par l’ampleur de l’inconscient même, très intéressante du fait qu’elle semble si singulière à chacun. Notre thèse arrivera cependant à proposer le non, il est clair que l’inconscient ne se réduit pas à un mythe. Comment et pourquoi rêverions-nous si l’inconscient n’en serait le moteur ? On rejoint ici l’idée de Freud lorsqu’il interprète les rêves, il rend compte aussi de la certitude du mythe d’Oedipe. Seulement ce mythe ne peut se coller à toute l’explication de l’inconscient, en effet comme le cogito cartésien n’adhérait pas à cette vision optimiste, au contraire les disciples de Descartes exprimeraient l’inconscient comme une mauvaise foi ne veut pas signaler qu’il n’existe pas d’inconscience mais que l’homme s’en sert à des fins immorales, contre nature. La thèse dont je me rapproche le plus est celle de Foucault : l’inconscient amène à l’imaginaire, en effet il nous emporte vers autre chose, quelque chose de plus grand, d’intouchable quand nous avons encore conscience. Non l’inconscient n’est pas seulement un mythe, même s’il est en effet interprété par le mythe d’Oedipe, il tient davantage compte d’événements de la vie quotidienne. De plus l’inconscient fait bien partie intégrante de notre cerveau sinon comment expliquer ces lapsus, ces actes manqués, ces rêves ?

L’inconscient est bon que s’il ne passe pas à l’acte sinon il sera du côté obscur de l’être.

Est-ce-que la responsabilité de l’être humain dépend de l’inconscient ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s