Interview

Rencontre avec Aurélie Vial réalisatrice du clip “Away” pour Isolaa

Plongée dans l’univers d’Aurelie Vial, qui nous parle de son parcours et de ses influences à l’aube de la sortie du 1er extrait de l’EP “Heartless” d’Isolaa.

Peux-tu nous parler de toi et de ton parcours en quelques mots?
J’ai eu un parcours assez atypique, compliqué et parfois chaotique, toujours en dehors des règles mais j’ai tout de même fait des études d’histoire de l’art puis travailler dans les métiers du livre pour finir par faire une école de cinéma à Londres…
Je me suis longtemps cherchée mais j’ai toujours su que je voulais créer, je ne trouvais juste pas le medium.
Mon vrai parcours a débuté à Londres où je suis partie apprendre l’anglais et j’y suis restée 4 ans en alternant petits boulots et études de cinéma.
Puis à mon retour à Marseille j’ai travaillé pour le fidmarseille ce qui a enrichi ma vision même de la vidéo et du cinéma. De là j’ai cofondé le collectif “Alter Echoes” qui a été comme un laboratoire. C’est vraiment là que j’ai fait une formation en accéléré. Comprendre une structure, conceptualiser, toucher à tout : cadrage, réalisation, montage, communication, graphisme et chargé de projets…. bref être couteau suisse.

Qu’est ce qui t’a donné envie de faire de la vidéo, et de l’art numérique?
La vidéo c’est depuis mon enfance. je fais vraiment partie de la génération MTV/MCM/M6. Je regardais des clips en boucle ce qui m’a aussi donné une bonne connaissance musicale par la même occasion.
C’est là que j’ai découvert les super clipeurs de l’époque qui m’ont vraiment influencé comme Chris Cunningham/ Jonathan Glazer / Michel Gondry / Spike Jonze / Anton Corbijn Puis l’art numérique est venu plus tard avec Ryoichi Kurokawa et Ryoji Ikeda, j’ai vu son live “superposition” et ça été une claque absolue. De là je me suis intéressée à cet art, au génératif, à la programmation et à l’open source.

Tu as choisi de tourner ce clip à NYC ? Pourquoi ce choix ?
Le destin a fait que je devais partir faire un road trip avec des amis entre Toronto et NYC et généralement j’essaie de voyager loin chaque année.
Je pars toujours avec ma camera 7d prénommée Pénélope. J’aime toujours filmer et prendre des photos quand je pars en voyage. Me promener avec, être dans la vie et arriver à capter une image un instant. C’est un procédé que j’avais exploré notamment pour la réalisation de deux clips pour Abstraxion en Islande et au Japon. Le faire à NYC me paraissait bien afin de garder la continuité de ce procédé. C’est une façon de capter une histoire, une période et de fixer une vision.

Qu’ est ce qui est photogénique pour toi à New York?
Tout ! c’est tellement cinématographique. on a tous des images de NYC qu’on a vu dans des films et des séries. C’est justement difficile de ne pas tomber dans le trop cliché de la ville mais en même temps c’est impossible de passer à coté, car on peut avoir l’impression d’être en permanence dans un film.
Manhattan m’a impressionné par son coté Tetris pyramidal les perceptives ont une autre dimension : passer du très grand au petit, de la richesse à la pauvreté. Je voulais donner une vision aérienne et étrangement libre et poétique de ce quartier, ne pas rester uniquement sur le consumériste et les lumières de la vile. Vu d’en haut, ces tours, ces cubes sont comme un jeu de lego, ça parait irréel rien n’est à taille “humaine” et une fois en bas on se sent écrasé, à la recherche d’un horizon. On passe par des sensation différentes de haut en bas.

La vidéo est l’antichambre du cinéma pour toi ou « jamais de la vie » ?
Tout dépend de comment on l’utilise. Ça peut l’être comme pas du tout, je pense que l’art vidéo a une place bien à lui qui n’a pas besoin du cinéma pour exister. A l’inverse parfois le cinéma s’inspire de l’art, c’est une discussion, un aller — retour continu.

Si on pouvait te transporter avec ta caméra dans le temps et n’ importe où ? où irais tu et à quelle époque ?
Je ne suis pas nostalgique d’une époque particulière. J’aimerais plus être dans le future dans 5 ou 10 ans pour savoir comment la technologie va évoluer, qu’est ce qui va émerger, qu’est ce qui va disparaitre et comment notre comportement au numérique va encore évoluer. La technologie va tellement vite que je suis curieuse de savoir ce que l’avenir nous réserve et espérant que cette nouvelle technologie amène une ère nouvelle plus positive, que la technologie ne soit pas juste un effet de mode gadget mais un réel développement. L’avenir parait tellement sombre que j’ai envie de croire que l’avancée de la technologie et des découvertes nous pousse paradoxalement vers une humanité plus connectée et réelle.

Qu’est ce qui t’as donné envie d’utiliser cette musique d’Isolaa et pas une autre ?
C’est avant tout une histoire de rencontre et de collaboration, je voulais faire partie de ce collectif. Pour le choix de la musique, “away” c’est le titre qui m’a inspiré le plus au niveau de l’image. son coté répétitif, entêtant, léger et aérien me donnait déjà une couleur, un voyage.

Ou t’imagines-tu dans 5 ans ?
Aucune idée. Ma vie et tellement incertaine en ce moment que je ne sais même pas où je serai dans 2 mois… Dans l’idéal, j’espère pouvoir continuer à apprendre, créer et monter une structure avec d’autre artistes motivés pour donner la place à une vrai culture alternative qui n’hésite pas à se remettre en question et à avancer, à changer les codes et à toujours surprendre. Faire de l’ingénierie de projet. Continuer à pouvoir exposer mon processus artistique ; exposer, installer et faire des vidéos, voyager…

Ta mini playlist avec 5 clips incontournables :

  1. La vidéo de Chris Cunningham come to « My daddy » et la musique d’Aphex Twin :
2) Jonathan Glazer / avec le film “Under the skin” :
3) Michel Gondry avec le clip pour Bjork « Bachelorette » :
4) Spike Jonze arcade fire “suburbs”:
5) Anton Corbijn avec le film « Control » :

Enfin, avec quels(les) artistiques rêverais-tu de collaborer un jour?
Transforma, Moatik, Candas sisman, Joanie lemercier, Alva noto , Battles, Doug aitken , Flying lotus, Jasper just, Aphew twin , Sugimoto Hiroshi, Bjork, Pj Harvey, Emptyset, Alog , Radian, Nosaj thing, Nonotak et plein d’autres que je ne connais pas encore…

Pour en savoir plus sur l’univers d’Aurélie Vial :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s